rocknrolltheblog

01 septembre 2014

"Your blog is dead and no one cares. If there is a hell, I will see you there."

Un petit air de Nine Inch Nails pour une pause à durée indeterminée...

See you... maybe.

Rock n' roll !!!

Posté par -Le Comte- à 15:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 juillet 2014

Hellfest 2014 - Vendredi 20 Juin

Le Hellfest se tenait le 20-21-22 juin dernier à Clisson Rock City. Ce cru 2014 marqué par une affiche extraordinaire marque un tournant majeur dans l'histoire du Fest. Outre ses têtes d'affiches prestigieuse et sa programmation riche et exigeante, le fest est devenu une grosse machine bien huilée et les nombreux changements survenu cette année ont confortés l'idée qu 'il jouait désormais dans la cour des grands et ce en dépit du style musical considéré il y a peu  comme clivant. Loin de diviser, le métal et sa grande messe qu 'est le Hellfest réunissent désormais érudits et simples spectateurs autour de légendes d'hier et groupes d'aujourd'hui dans une ambiance familiale loin des clichés et lieux communs. Et si les fans de la première heures regrettent le gros barnum qu 'est devenu le petit festival Clissonais, l'envie des débuts est toujours présents et ces trois jours ont démontrés que le Hellfest est toujours un putain de Festival. Rock n' roll était présent à ces trois jours de bruits et de fureur dans la chaleur de la fête de l'enfer.

DSC_0933

Arrivé au abords de Clisson le vendredi matin à 10h, un bouchon de plusieurs kilomètres s'est déjà formé, ce qui reste assez surprenant car nous ne sommes que le vendredi matin , jour considéré les autres années comme le moins fréquenté. À la même heure, les autres années la circulation était plus fluide. Mais pourquoi, cette année, il y a autant de monde le vendredi? 

Arrivé à  l'entrée du Festival, un énorme logo Hellest est pris d'assaut par les pèlerins se faisant photographier devant le symbole de leur libération musical et de leur pèlerinage annuel. Cet énome logo en métal fait face à une guitare géante planté sur le sol clissonais en plein milieu d'un rond point. Clisson est bel et bien devenu la ville du rock.

Bracelet au poignet, j'admire le nouvel espace de l'extreme market et la reconstitution de Camden Street superbement réalisée sur un site goudronné qui nous éloigne de la terre que nous avons connu. Le lieu est vraiment bien et l'arrivée sur Main Street, même si elle déplaît au puriste nous immerge vraiment dans un lieu hors du temps et du quotidien.Peut être pas très métal mais on s'en fout ! Il n' empêche le lieu est bondé, un vendredi matin, c'est assez curieux. Mais pourquoi, cette année, il y a autant de monde le vendredi ? 

Petit passage par le carré VIP/ Presse pour prendre connaissance des événements de le journée et découverte de la magnifique déco. Les carcasses de vielles bagnoles sur un sable fin devant un bâtiment a l'abandon me rappelle de vieux épisodes de la quatrième dimension. Un hélico planté dans une tente de l'armé ou un obus s'apprete à exploser me rappelle curieusement M.A.S.H . Le décor est somptueux comme depuis toujours au Hellfest ou l'orga à toujours capitaliser sur ce petit plus qui fait énormément la différence. Mais bon c'est pas tout, on est là pour la musique donc entrons dans l'arène

C'est sous une énorme tête de mort gonflable que nous accédons dans l'antre de l'enfer et première constatation: On ne voit rien! Un énorme nuage de poussière balaye le site, la faute aux nombreux, nombreux festivaliers qui piétinent le sol sec que nous connaissions habituellement plus boueux. Mais cette année la météo sera clémente et c'est sous un soleil radieux ou  des tentes surchauffées que nous profiterons des concerts. Le nuage s'estompe et entre la foule amassée devant le Merch, les bars et les scènes, il y a du monde, beaucoup de monde, autant que l'année dernière le samedi soir. Mais pourquoi, cette année, il y a autant de monde le vendredi ?

DSC_0662

Bon Ok les centaines de tee shirt Iron Maiden ma rappelle que le groupe, tête d'affiche de ce premier jour à fait venir une horde de fans qui ne sera peut être pas la le lendemain. En même temps on s'en fout, la nouvelle disposition du site permet une circulation relativement facile et respirable. Autant de fans de Maiden, ca promet sur Fear of the dark! Allez tous en choeur !!!

Je me dirige donc vers la Mainstage 1 pour apprécier le set de Crossfaith, groupe Nippon survolté qui me rappelle que Maximum the Hormone n'est pas revenu depuis la violente claque dans la gueule de 2011. Le concert est bon mais je me dirige vers la tente La Valley pour assister au concert de Caspian groupe de post rock qui ouvre le bal des découvertes. Une musique puissante mais mélodique, forte et douce a la fois, un show aérien et transcendant. Une très bonne découverte, une immersion musicale telle que j'oublie de les photographier !!!

Le but de ma journée est de rencontrer les membres de Therapy? Je retourne donc vers le carré VIP, on ne sait jamais... Passage par le Merch des groupes ou un seul Tee Shirt de Therapy? est à vendre mais je le prendrais plus tard (quoi???  oui, le rocker aime bien porté des tee shirt élégant!)... Je regarde de loin le set de Powerman 5000, groupe du frère de Rob Zombie ( ca doit pas être facile de s'affranchir de l'ombre du frérot !! ). Le set est pas trop mal mais je me concentre sur le but de ma journée. Je regarde un peu partout dans le carré VIP ou pas mal de monde se repose dans la torpeur estivale. Bon je vais pas jouer à la groupie en manque donc je vais me placer pour le set de mon trio Irlandais préféré. J'assiste de loin au set de M.O. D mais pas ma came donc j'attends...et Therapy? entre en scène...

17 ans que je n''ai pas vu ce groupe et que j'attends ce moment. Le groupe ne délivrant qu'une date à Paris lors de ses tournées, il ne possède pas un cercle de fans énorme dans l'Hexagone. Soyons franc, la plupart du public ne connaît que Troublegum et pas le nombre d'albums que Therapy? à pu enregister depuis 20 ans. Le groupe l'a bien compris et c'est un set axé sur cet album culte que le groupe nous sert. Le contact passe bien et le groupe, rappellant sans doute les jeunes années d'une bonne partie du public, remporte un bon accueil. Une set list impeccable meme si du coup le fan die hard regrette l'absence de quelques titres de Semi detached ou Infernal Love. Bon en même temps le groupe ne dispose que de 50 minutes. Repris en choeur par une foule assez importante, Therapy? n'a pas été totalement oublié depuis les années 90. Un putain de bon moment pour le fan de Therapy? qu'est votre serviteur, malheureusement beaucoup, beaucoup trop court.  A peine remis de mes émotions je file a la Valley voir Kadavar, Le groupe est en pleine ascension et la tente est bondé. La chaleur n'aidant pas a supporter cette fournaise, je m'extirpe tant bien que mal de ce piège qui m'empechait d'apprecier pleinement le trio. Dommage. Je décide de retourner au Merch prendre le tee shirt de Therapy?(oui, le rocker a une petit côté matérialiste) Plus rien, le groupe à, apparemment, déjà quitté les lieux. Snif.

DSC_0798

Agréablement surpris par Trivium en 2012, je vois de loin le show qui parait sensiblement identique à leur précédente prestation, si ce n'est un décor particulier en guise de plus value. J'arpente le fest en long en large découvrant de nouvelles choses (ah tiens,la fameuse grande roue a mis son costume du Dimanche !) en entendant au loin Rob Zombie. et retourne à la valley afin d'être placé idealement pour Kylesa. Le groupe étant à ce moment précis en pleine balance. L'arrivée sur scène manque donc de surprise. Il n'empêche, le set est de très bonne facture et la présence de deux batteries qui, si elle parait au prime abord superflu, reste tout de même musicalement très intéressante. J'écourte le set de Kylesa pour prendre ma dose quotidienne de Roots bloody roots (On est au Hellfest tout de même !!!) n'ayant jamais vu le Sepultura post Cavalera en Live.. Et force est de constater que Sepultura ne souffre aucunement de l'absence de Max Cavalera., la paire Derrick Green - Andreas Kisser fonctionnant admirablement. 

DSC_0931

Curiosité du jour oblige le passage de la valley à la mainstage 1 est très laborieux en raison de la présence d'Iron Maiden. Le show débute en plein jour ce qui est très pénalisant je trouve pour apprécier le light show et la mis en scène du groupe. L'installation scénique étant un élément très important, il est dommage de ne pas pouvoir en profiter. Ce qui extrêmement désagréable c'est aussi de ne pas pouvoir profiter de la scène lorsque l'on est pas face au groupe. Des éléments sur les cotés de la scène empeche de profiter d'une vue globale de ladite scène si l'on est pas placé en face. Bref Maiden s'adresse au fans face à eux, ceux sur les côtés n'avaient qu'a venir plus tôt !!! Dans ces conditions il est difficile d'apprecier le show et vu le nombre de fans présents ce soir,il est difficile de se mouvoir dans la fosse. Reste le moment attendu qu' est Fear of the Dark qui restera un grand moment de ce week end. La set list reste parfaite ( essentiellement basé sur les classiques ) même je m'attendais a mieux de la vierge de fer. Le public est conquis, le pari est réussi. 

Slayer prend le relais devant un public qui se dissémine dans un nuage de poussière, la majeure partie du public de Maiden ne restant pas après le show. Peu importe Slayer fait parler la poudre et un nuage de poussière s'élève au dessus du pit pour célébrer leur retour à Clisson. Pas le temps d'attendre Raining Blood,  Electric Wizard s'apprete a envahir la scène de la Valley. Petit détour par Death to all en curieux. mais n'étant pas connaisseur du tribute band à Chuck Schuldiner, je ne rentre pas dedans. 

L'arrivée hypnotisante, bien que tonitruante d'Electric Wizard me parait tout de même pachydermique et ne me convainc que moyennement, la forte affluence du public à raison de moi et me décide a allez a la Warzone voir Kvelertak. Deux albums et déjà tête d'affiche du vendredi sur la Warzone, ça promet un show exceptionnel. Et le groupe tient ses promesses. Arrivé dans un calme relatif le groupe nous sort de notre fatigue pour nous envoyer dans les cordes lors de la dernière heure de cette première journée. Kvelertak montre qu'il est à la hauteur et que sa place sur l'affiche n'est pas déméritée. Un concert percutant et furieux qui met le pit en ébullition. 

DSC_1081

Cette première journée s'achève sur une note plus que positive. Si les deux jours suivant se déroulent aussi vite et avec la même intensité ce cru 2014 sera mémorable. À suivre...

Rock n' roll !!!

Posté par -Le Comte- à 20:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Hellfest 2014 - Photos Vendredi 20 Juin

  Therapy ?

 DSC_0793 DSC_0788 DSC_0800  DSC_0770

DSC_0809  DSC_0738 DSC_0736 DSC_0798

DSC_0737 DSC_0774

DSC_0739 DSC_0806 DSC_0765  

Kylesa

DSC_0867 DSC_0846 DSC_0852 DSC_0885

DSC_0893 DSC_0857 DSC_0856 DSC_0851

DSC_0864 DSC_0853

Sepultura

DSC_0931

DSC_0923 DSC_0902 DSC_0928 DSC_0901

DSC_0906 DSC_0912 DSC_0903

Iron Maiden

DSC_0937 DSC_0957

DSC_0960 DSC_0949

DSC_0936 DSC_0973

DSC_0979 DSC_1001

Kverlertak

DSC_1075 DSC_1088 DSC_1100 DSC_1112

DSC_1099 DSC_1081 DSC_1085 DSC_1113

DSC_1078 DSC_1116 DSC_1115 DSC_1089

DSC_1096

Slayer

DSC_1024 DSC_1019 DSC_1033 DSC_1034

 Caspian - Kadavar  - Electric Wizard

DSC_0632 DSC_0816 DSC_0815 DSC_0817

DSC_1064 DSC_1062 DSC_1060 DSC_1061

DSC_1067

 

Posté par -Le Comte- à 20:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Hellfest 2014 - Samedi 21 Juin

Hellfest 2014 Round 2. Depuis 2011 et les concerts de Down, Iggy and the stooges ou encore In flames, je n'avais pas connu une première journée de fest aussi riche. De quoi vous mettre sur les rotules dès le premier jour. Cette seconde journée sera t'elle aussi monumentale que le première? A voir... Elle s'annonce par contre très bien avec des têtes d'affiches comme Deep Purple ou encore Aerosmith.

L'arrivée sur le site est totalement différente de la veille et la foule beaucoup plus éparse rend l'atmosphère plus respirable, mais que pour quelques heures car il sera très vite assiégé, peut être autant que la vieille.Pour l'heure il est 10h30 et la journée commence dans le calme avec Hark. La Valley est bien tranquille lorsque le groupe arrive pour arroser nos oreilles de son puissant Stoner. Même si les public est bien disséminé, le groupe ne se laisse pas abattre et donne son meilleur, ce qui conquiert les lève tôt que nous sommes. Un très belle entrée en matière pour se second jour ! Le passage vers la mainstage est par contre rude ou le Heavy de Killers parvient à nos oreilles. Me paressant totalement obsolètes, leurs compos et surtout le chant me paraissent digne de la parodie Dousseur de Vivre. Bon n'ayant pas connu l'heure de gloire de ce groupe, je m'absiendrais de tout autre commentaires mais remarque au passage qu'il fédère un large public et c'est tout ce qui compte. Of mice and men et Lez Zeppelin n'arrivant pas à me convaincre je m'exile pour une pause détente bucolique agrémentée de rasades de houblon.

DSC_1122

La pause est un peu longue, (je ne suis peut être pas remis de la vieille en fait ...), et c'est sous un soleil de plomb que je retourne en mainstage pour le set de Walking Papers. Étant agréablement surpris par la qualité de leur premier album à tendance blues rock, (ce qui est loin de faire l'unanimité), j'attends avec impatience ce groupe, même si je reste sceptique sur leur capacité à fournir une belle démonstration de leur talent en festival et surtout sur une aussi grande scène en plein après midi. Je vois plus ce groupe jouant dans un espace confiné à l'orée de la nuit plutot que devant un public trépignant d'imaptience de fouler le sol sec et aride du pit. Et force est de constater que même si la présence de Duff Mc Kagan (Guns n' roses-Velvet Revover...) apporte un élan de curiosité aux festivaliers, leur musique ne parvient pas à montrer ses qualités dans le cadre d'un festival. Le set est mollasson et rien n'y fait je n'accroche pas, Walking Papers est ma première grosse déception du Week end. Sans doute la faute au lieu et au moment et non a la qualité du groupe.

Je retourne donc à la Valley pour le concert de Witch Mountain, qui devrait me redonner la patate, même si leur musique n'est pas la plus virulente. Le doom électrisant du groupe tombe parfaitement et la puissance vocale de Uta Plotkin et la lourdeur de leur son ainsi leurs compositions obscures transporte l'auditoire. Un set qui, si il n'est pas forcément exceptionnel, reste très agréable et de très bonne facture.

DSC_1263

Après ce set occulte, il est temps de se remettre dans la lumière et c'est avec Protest The Hero que je compte me réveiller. Dans cette petite enclave a part qu'est La Warzone, le groupe de Mathcore progressif est fermement décider à montrer l'etendu de leur talent. Un set furieux et bavard qui donne pas mal de travaille à la sécu qui voit les slameurs arrivés à un rythme régulier tels des vagues, malgré un public épars. Public peu nombreux? ce sera pas le cas pour Clutch !

La tente de la Valley est bondé lorsque les quatre américains débarquent. Contraint à l'annulation l'année dernière aux grands regrets de tous, Clutch arriva dans l'attention de remercier le public du fest pour leur patience et leur soutien. 1 an que l'on attendait leur retour sur la scène du Hellfest! Hélas la scène ne fût pas la bonne et c'est dans un enceinte qui n'est pas adapté à leur popularité que le groupe joua. Décidément la Valley est beaucoup trop petite pour les groupes qu'elle accueille. Clutch devant une foule acquis à leur cause, délivrera une des meilleures performances de ce week end.

DSC_1376

Décidant de me soustraire a ma dose quotidienne de Roots Bloody Roots je n'assiste qu'a la fin du set de Soufly lorsque papa Cavalera admire fièrement le solo de son batteur de fils concluant le set. Arrive Deep Purple, légende du rock, qui foule la plaine du Hellfest pour la première fois davant un public nombreux. L'occasion de les voir est si rare que je zappe le concert d' Eluveitie qui sera sûrement plus évident de revoir ici ou ailleurs. Le set de Deep Purple très pro et musicalement très intéressant me parait pourtant peu approprié au fest ( un peu trop technique et "jazzy" pour ce soir) mais cela reste très subjectif tant les éloges furent nombreux suite à leur passage. Je décide donc de faire un tour au concert d' Eluveitie sous l'Altar mais c'est devant une foule immense que le groupe distille son death folklorique dans une ambiance délirante. Impossible de voir leur set dans de bonne condition à moins de se faufiler de force. Pas mon style de faire ça, donc j'assiste de loin au  set survolté des Suisses.

Le passage en force n'étant pas mon fort, je me retrouve défavorablement placé pour le début du show d'Aerosmith. Je me rendrais compte en plein milieu du show que je peut me déplacer facilement et arriverais aisément, sans faire chier, devant le coté gauche de la scène. Bizarre cet effet de masse !!!!Étant fan dans mes jeunes années du combo de Boston, je n'attendais pas spécialement de mettre Aerosmith dans la liste de mes groupes à voir en concert. Le Hellfest m'en donnant l'opportunité, je saisi l'occasion sans pour autant attendre ce moment fébrilement. Peinant à ma convaincre sur la première chanson, le groupe me mettra pourtant à genoux en  offrant un superbe best of lors d'un show à l' Américaine, fort appréciable en ce samedi soir. Je me suis réconcilié avec Aerosmith, Tyler et Perry étantt finalement toujours les Toxic Twins, botoxé d'accord, mais toujours de putain de showmen.

ZDSC_0056

Remis de ce bon classic Rock, je peine du coup a me mettre dans le bain pour Avenged Sevenfold. Ayant vu le groupe à leurs tout débuts et appréciant certains disques, je regrette de ne pas trouver le truc, ce petit plus,  qui vous fait apprécier un concert. Même le superbe  décor et  les nombreux effets n'arriveront pas à m'immerger dans le show et c'est tranquillement que je finirais ma journée près de la warzone en sirotant un dernier nectar de houblon eventé en entendant les mélodies punk pop de Millencolin. une seconde journée tout aussi intense que le précédente. Vraiment, ce cru 2014 est exceptionnel !!!

Rock n' roll !!!

 

 

Posté par -Le Comte- à 20:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Hellfest 2014 - Photos Samedi 21 Juin

Witch Mountain

DSC_1263 DSC_1290 DSC_1293 DSC_1296

DSC_1255 DSC_1264 DSC_1279 DSC_1288

DSC_1250 DSC_1262 DSC_1268 DSC_1283

Aerosmith

ZDSC_0034 ZDSC_0036 ZDSC_0050 ZDSC_0029

ZDSC_0056 ZDSC_0032

ZDSC_0069 ZDSC_0049 ZDSC_0060 ZDSC_0070

Hark

DSC_1144 DSC_1161 DSC_1166 DSC_1140

DSC_1122 DSC_1162 DSC_1141 DSC_1123

DSC_1136 DSC_1164 DSC_1160 DSC_1152

DSC_1174 DSC_1150 DSC_1151 DSC_1149

Protest the hero

DSC_1315 DSC_1317 DSC_1319 DSC_1322

DSC_1339 DSC_1343 DSC_1355 DSC_1350

DSC_1333 DSC_1318 

DSC_1336

Walking paper

DSC_1233 DSC_1230 DSC_1229 DSC_1236

Clutch

DSC_1376 DSC_1382 DSC_1372 DSC_1383

DSC_1377 DSC_1386

Mos Generator

DSC_1193 DSC_1194

DSC_1188 DSC_1192

Posté par -Le Comte- à 20:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Hellfest 201 4 - Dimanche 22 Juin

Hellfest 2014 - Last day! Le site est quasi désert lors de l'ouverture des portes en ce troisième jour. En même temps c'est dimanche, c'est jour de grasse mat. 

Grace à une solide réputation acquise sur les réseaux sociaux et fort de leur statut de valeur montante, le jeunes vieux de Blues pills voient tout de même la foule venir en masse devant la Mainstage 1 alors qu'ils finissent a peine leur balance pendant que Year of the goat termine son set. La maturité de leur musique et leur son rock old school tranche véritablement avec leur jeunesse, ce qui surprend nombre de spectateur n'ayant jamais vu le groupe en Live. Le set débute timidement mais trouve très vite son rythme et Blues Pills remporte facilement les suffrages surprenant même le groupe, assez étonné de voir autant de monde de si bonne heure. Le temps qui leur est alloué est très court mais le charisme de Elin Larsson et la virtuosité de Dorrian Sorriaux font de ce concert un début parfait pour cette ultime journée. Blues Pills est promis à un brillant avenir et devrait revenir prochainement à une place beaucoup plus élevée sur l'affiche.

ZDSC_0148

Après une entrée en matière aussi parfaite, il est dur de subir une retombée aussi sévère. En faisant un rapide tour des différentes scènes aucun groupe ne retient mon attention et je peine difficilement à rester concentrer sur quoique qui ce soit,  en dépit de la qualité musicales des groupes. La programmation est peut être riche mais du coup la digestion est parfois rude! De plus, un passage à l'espace presse ou j'apprends que Therapy? est resté plus longtemps que je ne le pensait, vendredi, me démoralise un peu. Une rencontre avec ce groupe, qui est pour moi mythique, était une priorité qui ne s'était pas concrétisée. J'ai, en fait, raté le groupe de peu à l'espace presse!!! Si il y a bien un truc qui m' énerve (gentiment) cette année au Hellfest, c'est qu 'il y a beaucoup, beaucoup de trucs à faire, de groupes à voir et que l'on ne peut pas se dédoubler !!! Bon pas grave ce sera pour une autre fois (j'éspère) mais pour l'instant: ça me fait chier !!!! Je prends de la hauteur pendant le set de Crowbar ( Marrant cette petite grande roue !!!) et retourne en Mainstage 1 ou je compte sur Seether pour me refaire un santé. Mais rien n'y fait, leur musique me parait basique et proche d'une serie télé pour tennagers des années 90. ( Et pan! ) Sur la papier ça avait tout pour plaire, mais en live rien à faire... Serais ce qu'au bout de trois jours mon sens musical serait plus aiguisé et exigeant? Peut être...Une bonne grosse baffe dans la gueule ne serait pas malvenue et c'est ce que Black Tusk va faire !!!

Le groupe n'est pas arrivé sur scène que les enceintes gronde et font reculer les festivaliers quelques peu amorphes qui profitait du calme de la Valley entre deux concerts pour faire une petite sieste. Le son est lourd puissant et fort. Très fort ! Avec une énergie impressionnante et communicative le groupe sort de sa torpeur un public éreinté. Black Tusk envoie la grande cavalerie. Ca chante fort, ca joue fort, c'est sans concessions et c'est avec une joie brutale et  palpable que le trio conquiert le public. 

ZDSC_0218

Après cet uppercut, je sais qu' Alter bridge m'offrira un peu de répit. Avant de repartir pour la promo et la tournée pour le nouvel album de Slash, Miles Kennedy vient à nouveau pousser ses puissantes vocalises dans la plaine Clissonaise. Si le groupe est plaisant à voir , il n'est pas non plus transcendant. ( Perso, je préférais ce que Kennedy faisait avec Mayfield Four). Bien calibré, et parfaitement exécuté, il manque pourtant de fraîcheur et d'extravagance, même si Kennedy fait très bien le job. La fraîcheur étant aussi ce qu'il manque au public, c'est le moment pour lui d'une petite douche improvisée et bienvenue en ce milieux d'après midi, très chaud.

la scène Altar étant prise d'assaut pour le concert de The black Dalhia murder je ne peut y assister de façon correcte (voir un concert à l'exterieur de la tente dans laquelle il se déroule n'est pas concevable !!!). Je profite tout de même de la furie sonore depuis la valley, ce qui me laisse penser que le set doit être aussi impressionnant qu'en 2011 sous la Terrorizer Tent (souvenirs souvenirs). Je me console avec Dozer et meme si je ne suis pas friand de leur Stoner sur album, les Suédois livrent une prestation remarquable, preuve d'une expérience scénique très solide, ce qui me ferait peut être changer d'avis sur leurs discographie. Un retour sur écoute me parait judicieux.

Vient alors le moment tant redouté des clashs. Non pas le groupe mais bel et bien le problème posé par la présence des grands noms situés dans le running order en tête d'affiches ou sous têtes d'affiches. Le premier clash est Soudgarden contre Paradise lost. Le premier fort de sa réputation de pionner du grunge le remporte haut la main sur le second mais tout de même avec un gros regret de ne pouvoir assister au set de Paradise lost. Gros regret,  qui sera amplifié par la performance sans relief que délivre les gars de Seattle. La présence au Hellfest de Soundgarden ayant surpris une partie de l'assistance, (trouvant le groupe plus adapté a des festivals Mainstream) mais n'ayant, personnellement,  que faire de ce débat, je pensais vraiment qu 'il aurait pu fédérer une large partie du public. Celui ci se plaçant pour Emperor et Black Sabbath, Soundgarden ne se trouvait pas non plus dans une configuration particulièrement favorable. Il n'empêche qu' avec une set list peu adaptée au lieu et au moment Il n'a pas laissé un souvenir impérissable. Dommage.

ZDSC_0308

N'étant pas amateur de Black Métal, je fait tout de même mon curieux en jetant un oeil au set d'Emperor comme je l'avais fait plus tôt dans la journée pour Behemoth. Le Black Métal étant pour moi assez opaque mais plus ou moins distrayant visuellement je trouve toujours les concerts intéressants à voir dans le cadre d'un festival. Contrairement à certains détracteurs, je prends d'alleurs ce style au second degré. La phrase lancée par le chanteur de Behemoth, Nergal aux festivaliers me rassure d'ailleurs en ce sens: "Its fuckin great to be alive". Il faut dire qu'après avoir eu un cancer certaines choses sont remises en perspective, preuve selon moi que l'artistique peut etre totalement indépendant de l'intime (au passage pour les détracteurs du Hellfest, j'ai vu plein de gens danser sur La salsa du démon et c'était loin d' être un rite obscur et satanique, alors détendez vous ce n'est que du spectacle). Et c'est loin des apparats du Black Métal qu'Emperor à livré un concert à la nuit tombée. Par contre, du Black Métal en plein jour, ça perd un peu de son charme, même si pour les amateurs du genre, une présence d'un groupe extrême en Mainstage reste très rassurante sur l'orienattion du Hellfest (Mais!!??? samedi aussi il y avait Extreme en Mainstage !!!!!).

Soilwork étant, à priori, plus évident à revoir, je décide à contre coeur d'éluder leur concert, afin d'assister en intégralité à la prestation de Black Sabbath, groupe légendaire, sans qui nous ne serions pas en ce lieu. Ozzy étant Ozzy c'est sans surprise qu'il nous livre la même chorégraphie minimaliste qu' en 2011 et 2012, mais la présence exceptionnelle de Tommy Iommi et Geezer Butler accompagné de Tommy Clufetos suffit à renverser la vapeur. Ozzy accusant les excès et le nombre de années, il reste fidèle  à lui même, ce qui est totalement l'inverse de Tommy Iommi qui, en dépit de ses récents problèmes de santé, et même si il reste discret et en retrait, nous fairt part de tout son talent et sa virtuosité. La set list est impeccable, meme si l'on pouvait regretté l'absence de Sabbath bloody Sabbath dans son intégralité au profit de la chanson Black Sabbath, qui n'a eu pour seul mérite, de casser le rythme d'une machine très bien lancée. Sans être visuellement extraordinaire, loin de touts artifices superflu et privilégiant la musique, Black Sabbath délivra une prestation presque intime nous permettant de réaliser un rêve, celui de voir en 2014 et après bien des déboires et des excès, la légende qui forgea la musique dans le Métal.

Le départ de la Mainstage fût laborieux et l'accès a l'Altar le fut encore plus pour voir Opeth. En vain. Turbonegro ayant les faveur de la Warzone et les ayant déjà vu en 2011, je décide donc de conclure ainsi  le week end et  quitte le Hellfest sur cette note plus que positive, en remerciant Ben Barbaud, son équipe et les milliers de bénévoles qui font leur maximum pour que cette grande messe musicale et métallique puisse avoir lieu tout les ans dans ce superbe cadre et accueillir les groupes les plus prestigieux d'hier et d'aujourd'hui et les espoirs de demain. Merci  à vous et à l'année prochaine.

Rock n' roll !!!

Slameurs, slameuse !!!! Votre survie en milieux hostiles, mais terriblement exaltants, que sont les pits, doit beaucoup à l'association Challenger. Ces derniers ayant maintenant besoin de votre aide précieuse, vous êtes invités à signer la pétition afin d'assurer la pérennité de leur présence au Hellfest.

SIGNEZ ICI

DSC_1318

Merci aussi à Roger de Promo Hellfest et Hellfest Prod pour l'acccréditation.

Hellyeah !!!

 

 

 

Posté par -Le Comte- à 20:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Hellfest 201 - Photos Dimanche 22 Juin

Blues Pills

ZDSC_0122 ZDSC_0148 ZDSC_0115 ZDSC_0151

ZDSC_0149 ZDSC_0145 ZDSC_0100 ZDSC_0129

ZDSC_0130 ZDSC_0121 ZDSC_0125 ZDSC_0101

ZDSC_0133 ZDSC_0159

Black Tusk

ZDSC_0217 ZDSC_0212 ZDSC_0218 ZDSC_0195

ZDSC_0216 ZDSC_0219 ZDSC_0214

ZDSC_0211 ZDSC_0198 ZDSC_0201 ZDSC_0194

ZDSC_0193 ZDSC_0205

Alter Bridge

ZDSC_0249 ZDSC_0253 ZDSC_0255

ZDSC_0250

 Dozer

ZDSC_0279 ZDSC_0260 ZDSC_0273 ZDSC_0268

ZDSC_0269 ZDSC_0284 ZDSC_0270 ZDSC_0264

ZDSC_0265

 Soundgarden

ZDSC_0308 ZDSC_0310 ZDSC_0311 ZDSC_0306

ZDSC_0316 ZDSC_0315

ZDSC_0321

Behemoth

ZDSC_0291 ZDSC_0293

 

 

Posté par -Le Comte- à 20:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 juillet 2014

Hellfest 2014 - Voyage au Coeur de l'enfer

Le site

DSC_0898 DSC_0650 DSC_1247 DSC_1017

DSC_1219 ZDSC_0172 DSC_1200 DSC_1203

DSC_1206 DSC_0654 ZDSC_0174 DSC_0824

DSC_1201 ZDSC_0171 DSC_0652 DSC_1200

DSC_0655 DSC_0642 DSC_1202 DSC_0645

Les Festivaliers

DSC_1186 DSC_0981 DSC_1199 

ZDSC_0224ZDSC_0226  DSC_1196 DSC_1177

ZDSC_0297 ZDSC_0298  DSC_0678 DSC_1185

ZDSC_0240 DSC_0675

Le Carré VIP - Presse

DSC_0662 DSC_0658 DSC_0659 DSC_0656

DSC_0664 DSC_0660 DSC_0666 DSC_0820

 

Posté par -Le Comte- à 21:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 juin 2014

Le nouveau Weezer, c'est pour bientôt !!!!

Intitulé Everything will be alright in the end, le nouveau Weezer devrait sortir prochainement. Aucune date n'est annoncée pour l'instant mais le groupe à faire savoir via son site web que la sortie serait imminente.

Rock n' roll !!!

 

Posté par -Le Comte- à 08:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 juin 2014

Anathema - Distant satellites

Le nouvel Album d' Anathema Distant Satellites porte décidément très bien son nom. Sorti cette semaine, ce nouvel opus tombe parfaitement pour savourer les prochains moments d'oisiveté estivaux. Tournant tels de petits satellites, les nouvelles compositions semblent s'éloigner de plus en plus de la planète métal d'ou le groupe est pourtant issu. Sans pour autant renier ses origines et ses acquis Anathema livre une fois de plus un album d'un grande qualité aux compositions soignés, aérées, alternant des plages calmes et des moments plus orageux, et repoussant un peu plus les frontières et barrières musicales. Rien de nouveau et de fondamentalement transcendant mais ce Distant Satellites reste de très bonne facture et s'écoute avec énormément de plaisir. A l' heure ou les productions sont bien souvent bâclées et sans reliefs Anathema nous rappelle qu'il reste des groupes de qualité pour qui la musique et elle seule reste la préoccupation principale.

Rock n' roll !!!

Posté par -Le Comte- à 12:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]